Retour sur la perte de vitesse du secteur de l’horlogerie-bijouterie en 2016

Si le secteur de l’horlogerie-bijouterie français a réalisé une belle opération en 2015, ce n’est pas le cas en 2016. En effet, le marché a enregistré une baisse de 2 % sur ses ventes selon un communiqué publié par le Comité Francéclat. Que ce soient les bijoux et les montres, les concessionnaires ont vu leur chiffre d’affaires baisser à 5,6 milliards d’euros, ce qui constitue une énorme perte. Un bilan qui a mis fin à une croissance régulière qui faisait de ce marché l’un des secteurs qui fonctionnent le plus en France.

Bijoux en or : des joyaux qui n’attirent plus ?

En tout cas si on se base sur le bilan du Comité Francéclat (Comité de développement de l’horlogerie, de la bijouterie, de la joaillerie, de l’orfèvrerie et des arts de la table), ce sont les bijoux en argent qui séduisent plus les clients. Ils ont connu une progression de 5 % sur les ventes grâce à des acteurs bien représentés comme Diamant Blanc et d’autres concessionnaires. D’aucuns pensent qu’ils portent le marché de la bijouterie qui a réussi à se stabiliser à 3,5 milliards à l’aide de cette performance.

Parmi les bijoux les plus vendus, on a les bracelets qui ont progressé à plus de 12 %. Seuls les colliers ont connu une légère perte de vitesse, car les ventes sont estimées à moins de 7 %.
Du côté de l’or, la tendance est loin d’être favorable. Les colliers et les bracelets ont évolué à seulement 1 et 3 %. Concernant les boucles d’oreilles, les bagues et les pendentifs, on note une baisse de 1 %, 3 % et 4 %.

Horlogerie : le déclin des créations haut de gamme

On n’est plus à l’ère où l’horlogerie haut de gamme faisait courir les gens. Au moment où la bijouterie réussit à se stabiliser, ce secteur connait une baisse globale en valeur et en volume. On remarque un recul de 6 %, ce qui n’est plus arrivé depuis plusieurs années. Les segments les plus touchés sont les montres de luxe dont les ventes ont baissé à 14 %. Les seules montres qui ont résisté à cette chute sont les modèles bas de gamme qui sont vendus à plus de 4 % seulement en 2016.

Cette situation témoigne un véritable déclin pour un secteur qui avait connu une progression spectaculaire entre 2010 et 2015. Même s’il y a des concessionnaires comme Diamant Blanc qui se démarquent du marché, il y a un énorme travail à faire pour permettre améliorer la vente dans les prochaines années.