Comment créer sa marque de vêtements ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Vous avez toujours été un passionné de mode et avant-gardiste comme vous êtes, les tendances du moment commencent à vous lasser. Vous avez envie de créer votre propre marque de vêtement. Mais comme toute entreprise, il vous faudra passer par une bonne période de préparation pour bien lancer votre projet. Cela demande du temps et de la patience car chaque étape est cruciale et il ne faut pas les brûler. Prêt à relever le défi ? Suivez ce guide pour vous mener vers le succès.

Le marché du textile : bien l’appréhender avant de se lancer

Pour se balader sur le marché du textile comme un vrai conquérant au moment de créer sa marque de vêtement, il faut d’abord le connaître sous toutes ses coutures. (Bonjour le mauvais jeu de mots !). Et quoi de mieux pour connaître un marché que de réaliser une étude de marché. Cette première étape va permettre de vérifier si selon la loi de l’offre et de la demande, il y a encore une place un nouvel entrant dans le secteur. Pour ce faire, il faut passer en revue l’offre et la demande dans le milieu de la mode.

A lire également : Achat de vêtement : comment trouver le numéro d'un service client pour un retour ?

L’offre

Avant de bien peaufiner votre marque de vêtement, il vous faudra ouvrir l’œil sur l’environnement dans lequel vos futurs vêtements vont évoluer. La première chose à étudier est l’offre présente dans le secteur de l’habillement : comment est-elle régie ? Combien de chiffre d’affaires génère le prêt-à-porter sur le marché français voire européen ?

Comment se porte la concurrence ?

La concurrence est-elle féroce ? Indirecte ou directe ? Si vous proposez des marques de vêtements écologiques, vous aurez comme concurrence directe les marques qui proposent des vêtements écologiques. Par contre, n’oubliez pas que la concurrence indirecte reste non négligeable car elle concerne toutes les marques de vêtements écolo ou non. Eh oui, votre cible a le choix de s’habiller écolo ou différemment.

A découvrir également : Le style passe par les chaussures

Repérez toutes les détails de la stratégie de communication et de distribution de la concurrence pour facilement tirer votre épingle du jeu en faisant du benchmarking ou en allant à contrecourant.

Quelles sont les règlementations en vigueur dans le prêt-à-porter ?

Un des freins dans le lancement d’un projet entrepreneurial est la règlementation. Le marché du textile ne fait pas exception à ce fait. Ces règlementations concernent notamment :

  • L’accueil du public si vous projeter de vendre dans un magasin physique
  • Les règles de vente à distance par exemple le droit à la rétractation de 14 jours
  • L’étiquetage qui comprend les conditions d’entretien et la composition de chaque vêtement de la marque
  • La promotion, les soldes et les rabais

La demande

Vous commencez à mûrir votre projet de créer votre marque de vêtement, il est maintenant temps de se pencher sur la demande : à qui souhaitez-vous proposez vos vêtements ? Quels sont leurs habitudes en matière d’habillement ?

La demande existe-t-elle ?

On est tenté de dire tout de suite : Oui ! Tant que les gens ont besoin de s’habiller, il y a une demande sur le marché du textile. Mais pensez plus loin en imaginant vos futures collections, quels futurs acheteurs intéresseraient-ils ? Allez-vous ratisser large en visant la masse ou plutôt agir sur une niche ? Comme dans l’exemple de marque de vêtements écologiques évoqué plus tôt, il est possible que vous soyez confronté à une demande de taille réduite.

Quel est votre segment cible ?

Maintenant que vous connaissez votre demande en quantité, vous devez la connaître en qualité. Quels sont leur comportement d’achat en ce qui concerne les vêtements ? A quelle fréquence fait-elle du shopping ? Vers quels canaux de distribution se tourne-t-elle pour acheter leurs tenues. A ce stade, vous pouvez d’ores et déjà sonder un peu votre entourage grâce à un petit questionnaire. L’erreur à ne surtout pas commettre : parler de votre marque. Restez muet à ce sujet !

A l’issue de cette étude du marché, vous serez fixé sur votre projet de créer votre marque : L’offre suffit-elle à couvrir la demande ou y a-t-il encore de la place pour vous ? En clair, vous aurez la réponse à la question : cela vaut-il la peine de continuer ?

Le business plan : le document qui ouvre toutes les portes

Pour vraiment passer de l’idée de créer sa marque de vêtement à un projet réel et concret. Il faut mettre à l’écrit votre étude de marché. Le document que vous allez rédiger alors s’appelle le business plan.

Il confirme la faisabilité technique de votre projet

En recensant tous les besoins du projet en matière de matériel (locaux, équipements, etc.), d’humains (le rôle et le nombre de collaborateurs) et financier (capital de départ, besoin en fond de roulement, etc.), le business plan va éclaircir votre idée. Il confirme que votre projet est faisable car tous vos besoins sont disponibles sur le marché.

Il rassure sur la viabilité commerciale de votre projet

Le business plan est un document stratégique. Toute la stratégie adoptée en vue de vendre sera présentée dedans : le marketing, les canaux de distribution, le processus de vente…

Il évalue la rentabilité de votre projet

Le business plan a pour objectif d’avoir une vision globale de ce que sera votre entreprise. Aussi, en projetant son évolution en matière de chiffre d’affaires prévisionnel, de résultat et de trésorerie, il va permettre de donner des indicateurs concrets, à vous et vos futurs investisseurs. Eh oui, n’oubliez pas que c’est grâce à ce documents que vous allez convaincre et rassurer vos investisseurs que le projet est rentable.

Lancer la machine concrètement

Maintenant que vous en avez fini avec la théorie, il est temps de s’activer en construisant l’identité de votre marque de vêtement, en s’attaquant aux premiers prototypes et en recherchant du financement.

Construire l’identité de votre marque de vêtement

Il est temps de mettre à l’honneur votre fibre créative. Osez imaginer votre marque dans l’esprit de votre futur acheteur, quel positionnement souhaiteriez-vous adopter ? Choisissez votre nom, votre slogan, vos couleurs, votre logo, créez votre personnalité.

S’attaquer aux premiers prototypes

L’étape cruciale (et probablement celle qui vous intéresse le plus !) pour créer votre marque de vêtement est la confection des premiers prototypes. Elle touche le cœur même de l’activité. Ne la négligez pas car de là vont naître vos futurs modèles.

Trouver du financement

Enfin, que serait ce beau projet de créer sa marque de vêtement sans financement ? Plusieurs sources de financement s’offrent à vous : un financement par votre épargne personnel, le crowdfunding, les emprunts bancaires

La naissance de votre entreprise : le choix du statut juridique

Voilà votre bébé est prêt à naître, vous avez passé toutes les étapes pour qu’il soit lancé. Il ne reste plus qu’à passer les formalités administratives. Pour ce faire, vous devez savoir quel statut juridique choisir.

L’importance du choix de statut juridique

Créer une entreprise c’est faire face à de nombreuses obligations légales. Le choix du statut juridique est important car c’est ce qui va définir vos responsabilités vis-à-vis des tiers ainsi que les conséquences qu’ils auront sur votre rémunération.

Le statut juridique va déterminer vos impôts, les charges sociales et les allocations chômages. Il faut donc vous y préparer en réfléchissant en amont au choix de votre statut juridique mais aussi aux perspectives d’évolution qu’il pourra subir plus tard.

Vos options en individuel

Si vous décidez de créer votre marque de vêtement tout seul, vous allez donc fonder une entreprise individuelle. A ce titre, vous avez le choix entre l’EURL et la SASU comme statut juridique. Contrairement au statut d’autoentrepreneur, ces formes juridiques permettent à votre entreprise d’avoir une structure distincte.

EURL ou SASU : les perspectives d’évolution

Comme vous l’avez sûrement remarqué, l’EURL est l’équivalent en entreprise individuelle de la SARL et la SASU est l’équivalent de la SAS. En choisissant comme statut juridique l’une comme l’autre de ces deux formes, vous avez la possibilité de passer à son équivalent en entreprise sociétaire plus tard. Pour faire simple, vous pouvez changer de statut juridique si vous décider de vous associer dans le futur : de l’EURL à la SARL, de la SASU à la SAS.

Pour ce faire, vous n’aurez pas à passer par la transformation de société ni par la création d’une nouvelle société. Vous n’aurez qu’à faire un accueil d’un ou plusieurs associés et le tour est joué.

Vos options en société

Si votre projet est d’entreprendre à plusieurs, les choix de statuts juridiques les plus courants qui s’offrent à vous sont : la SARL et la SAS.

Ces deux formes juridiques se distinguent notamment par le nombre maximum d’associés qui est limité à 100 pour une SARL et illimité pour la SAS. Mais il y a aussi la liberté de gestion : dans une SARL, il existe une clause d’agrément dans les statuts qui consiste à passer par les associés pour l’accueil de nouveaux associés qui n’existe pas dans la SAS. En général, les SARL sont plus adaptées aux structures familiales et les SAS pour les grands projets nécessitant beaucoup d’investisseur. A vous de choisir selon votre vision de votre entreprise de marque de vêtements.

SAS ou SARL : les perspectives d’évolution

Il est possible de passer de SARL à SAS et vice-versa. Le premier cas étant le plus courant. Par contre, il y a plusieurs formalités à remplir pour y arriver dont principalement la modification des statuts.

Partager.